Mensch Maschine

Botanique, Brussels

Mensch Maschine évoque plusieurs aspects fondamentaux de l’apprentissage machine : l’évolution, les réussites et les échecs. L’exposition débutera le 15 janvier au Botanique à Bruxelles dans le cadre de la conférence CPDP.

La conférence internationale CPDP consacrée à la protection des données et à l’intelligence artificielle durera trois jours. C’est dans ce contexte que sera organisée l’exposition Mensch Maschine, qui évoque plusieurs aspects fondamentaux de l’apprentissage machine, à savoir l’évolution, les réussites et les échecs. L’artiste finlandaise Jenny Sutela exposera ses oeuvres, grâce à l’appui de l’Institut Culturel Finlandais. Mensch Maschine ouvrira ses portes le 15 janvier au Botanique à Bruxelles. 

D’une manière générale, il est bon de profiter d’informations sur les avancées technologiques. Mais le journalisme et les recherches critiques nous présentent l’apprentissage machine tel un concept subjectif, voire discriminatoire. 
L’exposition offre différentes visions de la question, avec notamment l’oeuvre intitulée nimiia vibié de l’artiste finlandaise Jenna Sutela, dans laquelle elle apprend à une machine à créer une langue martienne en exploitant l’intelligence artificielle. La source de cette langue est une bactérie considérée d'origine martienne. 

Mensch Maschine est une exposition de Privacy Salon avec Lucie Planty (FR), Chris Dreier (DE), Jenna Sutela (FI), Joanna Żylińska (UK/PL), Adina Camhy (AU), Constant vzw (BE), Mélodie Mousset (FR/CH), Heather Dewey-Hagborg (US, à confirmer) et Dasha Ilina (Ru)