This page is in French. There is a language version of this page in English.

RADICAL ANGELS, par Jaakko Pallasvuo, à la galerie 1646 à La Haye

1646, The Hague
Work by Jaakko Pallasvuo, with colourful spots, words and painting techniques combines on a corkboard backdrop
RADICAL ANGELS, par Jaakko Pallasvuo, à la galerie 1646 à La Haye

Dans Radical Angels, Jaakko Pallasvuo s’intéresse à la représentation des anges dans l’histoire de l’imagerie ecclésiastique. A partir de ces anges et ministères divins, il explore de façon intuitive comment l’empreinte de l’autorité ecclésiastique se présente toujours aujourd’hui dans l’image de nos hiérarchies. L’exposition est visible à la galerie 1646 de La Haye du 11/09 au 04/10.

 

À une époque où l'équilibre entre autorité et expertise s’avère être de moins en moins fiable, il est aisé de se sentir submergé par un sentiment d’abandon. Pallasvuo nous invite à explorer de façon ludique ce chaos que nous pouvons vivre, tels des agneaux en recherche d’un troupeau.

Radical Angels se base sur le travail du philosophe italien Giorgio Agamben, qui entretient l’idée que les anges de Dieu sont les premiers bureaucrates. Agamben et Pallasvuo rapprochent tous deux l’imagerie ecclésiastique et le langage de la hiérarchie céleste—qui se rapportent initialement à la notion de “pouvoir sacré”—de la façon dont les organisations politiques et les États-nations sont conçus dans notre monde. Le “sacré” dans la hiérarchie ne veut pas seulement dire saint, il veut aussi dire “séparé” : manier le pouvoir selon la règle de droit tout en étant hors de la loi, séparé des gouvernés. De quoi les anges pourraient-ils avoir l’air en dehors de ces hiérarchies ?

Ce projet interdisciplinaire est centré sur deux collaborations. Dans une collaboration avec l’artiste Viktor Timofeev, Pallasvuo crée un environnement 3D qui intègre le monde vivant avec une manifestation Land Art de divers anges. Pallasvuo a également écrit un livret pour un opéra sous forme de monologue composé par Stephen Webb et Miša Skalskis, et chanté par Rachel MacIntosh, qui joue le rôle de chœur angélique dans l’exposition.